Le Festival

« The Crossing », un conte social tout en délicatesse

Projection du 14 février 2019 à 17h au CinemaxX ; The Crossing (Guo Chun Tian), réalisé par Bai Xue.

The Crossing (titre original Guo Chun Tian) nous présente la vie de Peipei, une jeune lycéenne chinoise qui, vivant à Shenzen (Chine), et étudiant à Hong Kong, traverse chaque jour la douane entre les deux villes, sans jamais attirer l’attention. Jeune fille discrete encore en quête d’elle-même, elle rêve d’échapper à la chaleur hongkongaise pour aller voir la neige au Japon, accompagnée de sa meilleure amie Jo. En cherchant à rassembler assez d’argent pour effectuer ce voyage, elle intègre via Hao, le petit ami de Jo, une bande de trafiquants, profitant de son apparence d’écolière pour faire traverser la douane à des téléphones de contrebande.

À la fois classique par son aspect de récit d’un passage initiatique, The Crossing est également un film social, nous présentant non seulement le quotidien d’une jeune lycéenne, de ses relations familiales, amicales ou amoureuses, mais également l’incidence sociale d’une situation géographique atypique sur ce quotidien. On y retrouve également la question de la classe sociale, de la violence symbolique ressentie par une jeune fille issue d’un milieu modeste, à la situation familiale compliquée, lorsqu’elle est confrontée à la richesse des autres, et à la possibilité d’en faire partie, que le chemin détourné de la contrebande semble pouvoir lui offrir. La réalisatrice chinoise Bae Xue nous livre ce conte social avec légèreté et réalisme, sans tomber dans le dramatique, même lorsque le risque se fait de plus en plus présent.

À l’instar du traitement narratif, The Crossing présente une image délicate, tout en nuances. L’aspect parfois classique de cette image impeccable et élégante étant contrebalancée par une bande-originale moderne, des rythmes technos en décalage complet avec l’ambiance du film.

J’ai particulièrement apprécié le traitement des personnages et de leurs relations : en même tant qu’elle-même, les relations de Peipei évoluent tout au long du récit, se faisant et se défaisant. À travers ses péripéties, la jeune fille trouve sa place par rapport à son père, à sa mère, à sa meilleure amie Jo, et surtout par rapport à Hua. La complicité entre eux, dans un premier temps limitée au sens littéral du terme se transforme en intimité au fur et à mesure des « opérations », et c’est avec douceur et sensualité que la réalisatrice nous partage les variations de leurs sentiments l’un pour l’autre.

Sans révolutionner les codes du cinéma, The Crossing nous propose une vision singulière, personnelle et réfléchie, à travers un récit émouvant et une image d’une grande qualité.

Photographie : crédit Wanda Image Co., https://www.imdb.com/title/tt8875366/?ref_=ttmi_tt

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s